Carbonylation

La carbonylation est une réaction chimique d'introduction de monoxyde de carbone dans un composé organique ou inorganique.



Catégories :

Réaction chimique - Chimie générale

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • L'étude de la carbonylation du methanol en acide acétique en présence d'un composé de ... de l'iridium sont les plus actifs pour cette réaction de carbonylation (les... (2) les concentrations en catalyseur et en promoteur halogene (iodure de .... et deplace vers la forme ionique, plus la carbonylation est rapide.... (source : linkinghub.elsevier)

La carbonylation est une réaction chimique d'introduction de monoxyde de carbone (CO) dans un composé organique ou inorganique. Le monoxyde de carbone étant disponible en quantité et convenablement réactif, il est beaucoup utilisé comme réactif dans l'industrie chimique pour, entre autres autre, cette réaction.

Historique

Walter Reppe définit ce terme pour un certain nombre de réactions qu'il a découvert dans les années 1930. Depuis lors, ce terme est utilisé pour l'ensemble des réactions impliquant l'introduction du monoxyde de carbone sur une molécule organique avec un catalyseur[1].

Les réactions de carbonylation peuvent être classées en 3 groupes[1] :

Les réactions de Reppe sont les plus générales et consistent en la réaction de monoxyde de carbone avec un substrat organique en présence d'un catalyseur métal-carbonyle. la majorité de ces réactions nécessitent la présence de nucléophiles contenant un atome d'hydrogène acide.

Cette réaction consiste en la synthèse d'aldéhydes et d'alcools à partir d'oléfines, d'hydrogène et de monoxyde de carbone.

La carbonylation d'oléfines, d'alcools ou d'aldéhydes en présence d'acide fort, tel que l'acide sulfurique, le mélange d'acide phosphorique et de trifluorure de bore ou encore le mélange acide fluorhydrique et pentafluorure d'antimoine, comme catalyseur est connu sous le nom de synthèse de Koch ou encore réaction de Koch-Haaf. Les principaux produits sont des acides carboxyliques

Catalyseurs

La carbonylation nécessite des pressions et des températures de travail élevées. Pour rendre ces voies de synthèse économiquement intéressantes, l'usage de catalyseurs est indispensable pour ramener les conditions à des valeurs acceptables du point de vue industriel.

Les catalyseurs métalliques ont rendus envisageable le développement de procédés industriels. Les plus efficaces sont le fer, le cobalt, le nickel, le ruthénium, le rhodium, le palladium, le platine, le cuivre et l'iridium.

Le nickel est le plus efficace pour la carbonylation des alcènes, le cobalt est en particulier utilisé pour l'hydroformylation. Le platine sert à travailler dans des conditions moins élevées, de l'ordre de 150 bar et de 140°C, que les autres catalyseurs.

Notes et références

  1. (en) Werner Bertleff, Michæl Rœper, Xavier Sava, Carbonylation, Wiley-VCH Verlag GmbH & Co, coll. «Ullmann's Encyclopedia of Industrial Chemistry», 15 juillet 2007 

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : réaction - carbonylation - catalyseur - acide - monoxyde - carbone - organique - reppe - présence - synthèse - koch - chimique - introduction - réactif - terme - hydrogène - hydroformylation - aldéhydes - alcools - oléfines -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Carbonylation.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu