Synthèse de complexes du nickel

Nous désirons synthétiser 3 différents complexes du nickel dont le nombre d'atomes coordonnés fluctuent de 4 à 6 mais aussi leurs propriétés optiques et magnétiques.


Catégories :

Composé du nickel - Synthèse chimique - Réaction chimique - Chimie générale

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • En outre, on trouve les ressemblances de synthèse de complexes du nickel :... complexes du nickel dont le nombre d'atomes coordonnés fluctuent de 4 à 6 mais aussi... (source : dictionnaire.sensagent)
  • Synthèse, étude structurale et propriétés redox de complexes de cuivre, nickel et cobalt... nickel and cobalt complexes with bidentate thiourea derivatives ligands... (atomes donneurs S et N), avec le cuivre, le nickel et le cobalt.... (source : cat.inist)
  • Les atomes de fer sont représentés en violet, l'atome de nickel en vert, les atomes de ... La première famille étudiée est celle de complexes nickel - ruthenium.... sera porté à la synthèse de nouveaux ligands du nickel possédant quatre... (source : www-dsv.cea)

Nous désirons synthétiser 3 différents complexes du nickel dont le nombre d'atomes coordonnés fluctuent de 4 à 6 mais aussi leurs propriétés optiques et magnétiques.

Principe

Énormément de composés organiques, qui contiennent 2 atomes ou plus capables de coordonner en ions métalliques, agissent comme des ligands. Avec des ions métalliques bivalents il est fréquemment facile de les isoler de la solution complexe aqueuse n'ayant pas de charge globale (les charges négatives des ligands équivalents les charges positives de l'ion métallique). Ainsi, si le composé organique a une charge négative (salicylaldehyde), le complexe qui contient deux ligands organiques et des ions bivalents métalliques a une solubilité faible dans l'eau. Les complexes préparés dans cette expérience sont les dérivés nickel (II) des phénols substitués.

Par un choix approprié du composé organique, il est envisageable de préparer des complexes métalliques dans lesquels le nombre d'atomes coordonnés à l'ion central fluctue (ici de 4 à 6). Dans cette expérience les complexes que nous allons former sont :

Le complexe I a une structure contenant 6 atomes d'oxygène coordonnés des trois types différents. Les composés imines ou bases de Schiff, ressortent lorsque le salicylaldéhyde est traité avec de l'ammoniac ou certaines amines (méthylamine ou éthylamine) peuvent former des complexes identiques quoiqu'il n'y ait plus que 4 atomes coordonnés (2 azotes et 2 oxygènes). Les 4 atomes coordonnés sont tous en plan comme illustré dans le schéma de synthèse. Quoiqu'il ne soit pas immédiatement évident, la distance entre le groupe N-R et l'oxygène voisin est particulièrement faible. Si R est grand, il n'est pas nécessairement envisageable d'avoir les atomes coordonnés dans le plan. Pour le complexe III, la structure aura par conséquent un arrangement tétraédrique.

La couleur des complexes constitués est différente quoique pour les complexes II et III les atomes coordonnés au métal sont les mêmes. La couleur est due à l'absorption de la lumière facilitant les électrons, et particulièrement les électrons d aux niveaux d'énergie les plus élevées associées au nickel. Les niveaux et donc les couleurs sont affectés par le changement de la stéréochimie des complexes.

Le complexe I est paramagnétique, les électrons sont attirés par un champ magnétique. Le complexe II est diamagnétique, les électrons sont repoussés par un champ magnétique. Le complexe III a des propriétés physiques intermédiaires.

Nous pourrons déterminer la teneur en nickel des complexes constitués par dosage gravimétrique. Nous ne pourrons cependant effectuer cette analyse que sur le complexe I et III car le complexe II reste insoluble. Le dosage gravimétrique consiste à premièrement solubiliser les ions Ni2+. Nous les rendrons ensuite insoluble en les faisant complexer avec la diméthylglyoxime (DMG). Grâce à un excès d'ammoniaque, le complexe va précipiter. Nous n'aurons plus qu'à filtrer la solution et peser le solide obtenu pour pouvoir calculer la concentration en ion Ni2+. L'ammoniaque est utilisé car le précipité devient insoluble dans les solutions ammoniacales diluées.

Dosage grav.JPG

Schéma de la synthèse

Formation du complexe I :

Complexe 1 reac.JPG

La réaction mise en œuvre ici est une réaction de complexation. Pour cette complexation, les ligands seront : - le salicylaldehyde qui sera ici un ligand bidentate car il se fixe à l'ion métallique par deux atomes en même temps. - l'eau qui est un ligand monodentate La purification du complexe se fera par une simple filtration puis un lavage du fait de sa faible solubilité. La caractérisation du complexe pourra se faire par spectroscopie infra-rouge (IR) car nous avons pu trouver un spectre de référence. L'analyse CHNS-O permettra de déterminer le pourcentage d'atomes de Carbone, d'Hydrogène, d'azote et de soufre contenu dans la molécule.

Formation du complexe II à partir du complexe I obtenu auparavant :

Complexe 2 reac.JPG

Pour former ce complexe, nous procèderons à une substitution de l'atome d'oxygène par un atome d'azote qui entraine une déshydratation du complexe. Le ligand est à nouveau bidentate. La purification du complexe se fera par une simple filtration puis un lavage du fait de sa faible solubilité. La caractérisation du complexe ne pourra pas se faire par spectroscopie infrarouge (IR) car nous n'avons pas pu trouver un spectre de référence. L'analyse CHNS-O permettra de déterminer le pourcentage d'atomes de C, H, N, S contenu dans la molécule.

Formation du complexe III à partir du complexe I obtenu auparavant :

Complexe 3 reac.JPG

Pour former ce complexe, nous procèderons à une substitution de l'atome d'hydrogène par la chaîne carbonée du s-butylamine. Le ligand est à nouveau bidentate. La purification du complexe se fera par une simple filtration puis un lavage du fait de sa faible solubilité. La caractérisation du complexe ne pourra pas se faire par spectroscopie infrarouge (IR) car nous n'avons pas pu trouver un spectre de référence. L'analyse CHNS-O permettra de déterminer le pourcentage d'atomes de C, H, N, S contenu dans la molécule.

Mode opératoire

Dissoudre 15 g de fine poudre d'acétate de nickel tetrahydraté dans 250 ml d'eau, dans un ballon de 1 L. Ajouter 250ml d'éthanol et doucement 12.6 ml de salicylaldehyde en mélangeant vigoureusement. Chauffer la solution au bain-marie et a reflux pendant 30 min en agitant souvent pour homogénéiser la réaction. Laisser refroidir (pendant au moins 1h), filtrer le précipité cristallin et laver à l'eau, à l'éthanol puis avec un minimum d'éther. Sécher le produit à l'étuve (70 à 100 °C), on obtient un solide de couleur vert clair.

L'acétate de nickel tetrahydraté peut être complexe à dissoudre dans l'eau, mais en chauffant un peu il se dissout en 20 minutes. Il faut faire attention à ne pas chauffer trop rapidement sinon il se forme un précipité insoluble qu'il faut filtrer avant d'ajouter de l'éthanol.

!!!!!Manipuler impérativement sous la hotte : présence d'ammoniac!!!!

Chauffer au bain-marie et a reflux dans un ballon de 250mL une suspension de 3, 4 g de bis (salicylaldehydato) -nickel (II) di hydraté dans 20ml d'éthanol et 20ml d'une solution d'ammoniac à 35%. Chauffer jusqu'à que la solution reflux. Agiter doucement le ballon à intervalle régulier jusqu'à ce que la réaction soit complète (30 min). Refroidir, filtrer le précipité cristallin et laver à l'éthanol puis à l'éther. On obtient une solution de couleur rouge.

Chauffer au bain marie ainsi qu'à reflux dans un ballon de 250mL une suspension de 3, 4 g de bis (salicylaldehydato) nickel (II) di hydraté, dans 25ml d'éthanol et 2.25ml de s-butilamine. Chauffer jusqu'à ce que la réaction soit complète (30 min). Filtrer la solution chaude et laisser refroidir doucement, on obtient une solution verte et il faut laisser reposer pendant au moins 1h30 pour voir apparaître des cristaux vert au fond du ballon. Filtrer le précipité cristallin (vert) et laver avec un minimum de méthanol froid. Sécher le produit à l'air puis dans l'étuve (40 à 50 °C) puis pas plus de 70 °C sinon le produit est détérioré.

Avant toute manipulation, laver et faire sécher a l'étuve pendant au moins 3h, 2 gooch, une fois qu'ils sont bien sec noté bien leur poids à vide. (1 :50, 890 g 2 : 49, 421 g) Réaliser 2 fois cette manipulation en parallèle. Peser et placer dans un bécher 0, 25 g du complexe à doser. Ajouter 10 ml de HCl concentré et diluer avec à peu près 100ml d'eau. Chauffer a 70 °C. Ajouter 25ml d'une solution de diméthylglyoxime (DMG) dans l'éthanol a 1% massique. Ajouter immédiatement après la DMG de l'ammoniac concentré goutte à goutte jusqu'à obtenir un pH=9. Laisser reposer 30 à 40 minutes tout en agitant la solution (rouge). Sortir les gooch de l'étuve et placer les dans un dessicateur (pour éviter qu'il prenne l'humidité). Pendant que les solutions reposent vérifier en prélevant quelques gouttes du liquide surnageant et ajouter de la DMG s'il y a formation d'un précipité rouge alors la réaction n'est pas complète et il faut rajouter légèrement de DMG. Une fois les solutions refroidies mais aussi les gooch, filtrer sous vide les solutions à travers les gouch, puis laver avec de l'eau et faire sécher à l'étuve (110 à 120 °C). Peser les gooch puis les remettre à l'étuve et re-peser jusqu'à obtenir deux fois la même masse. (On obtient un solide rouge)


Notes et références de l'article

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : complexes - nickel - atomes - solution - ions - puis - ligands - bis - coordonnés - eau - filtrer - éthanol - métalliques - iii - précipité - réaction - ajouter - chauffer - étuve - faible - synthèse - couleur - dmg - rouge - ballon - pendant - laver - composés - organiques - charge -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Synth%C3%A8se_de_complexes_du_nickel.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu