Chloration

La chloration sert à désigner deux terminologies.


Catégories :

Réaction chimique - Chimie générale - Hygiène - Santé publique

Définitions :

  • Traitement par le chlore (chlore gazeux, eau de Javel ou hypochlorite de sodium), pour assurer la désinfection de l'eau et prévenir les risques de contamination tout au long du réseau de distribution d'eau, de la sortie des usines de production jusqu'au robinet du consommateur. (source : eau.seine-et-marne)

La chloration sert à désigner deux terminologies.

  1. La chloration est l'action de désinfecter avec des produits chlorés (eau de Javel, dichlore…).
  2. La chloration est une réaction chimique de substitution ou de transposition.

Réactions chimiques de chloration

Par le dichlore :

CN- + Cl2 + 2 OH- → CNO- + 2 Cl- + H2O

Par l'hypochlorite :

CN- + ClO- → CNO- + Cl-

HOCl + NH3 → H2O + NH2Cl (monochloramine)

NH2Cl + HOCl → H2O + NHCl2 (dichloramine)

CH4 + Cl2 → CH3Cl + HCl

Impacts sanitaires

Il y a un consensus pour conclure qu'en termes de bilan général, la chloration (au sens (1)  : "action de désinfecter avec des produits chlorés") est un progrès en santé publique, par sa facilité, son coût et son efficacité contre la majorité des agents pathogènes, mais une controverse persiste quant aux impacts envisageables ou avérés des sous produits présents dans l'eau du robinet.

Suite à un premier rapport sur les effets sanitaires et les valeurs toxicologiques de référence, l'Institut de veille sanitaire (InVS) a en France évalué les risques sanitaires liés aux sous-produits de la chloration de l'eau potable, concluant en juin 2007 [1] que les pathologies induites par la surchloration seraient en nombre trop faible pour être observables par un dispositif de surveillance épidémiologique normal.
A partir de l'étude d'onze sites desservant 900 000 personnes, des scénarios d'exposition (moyens et élevés) ont été calculés pour la population générale (vie entière) et les femmes enceintes (exposition le temps d'une grossesse), en prenant en compte l'absorption orale, respiratoire et cutanée, c'est-à-dire l'exposition par la boisson, la douche et le bain. Mais l'InVS n'a pu conclure, faute de données toxicologiques suffisantes. Seuls les effets cancérigènes et reprotoxiques du trichlorométhane (chloroforme) contenu dans l'eau de distribution ont été caractérisés, concluant à un excès de risque individuel de 3, 3 10-6 à 3, 1 10-4, c'est-à-dire particulièrement minime pour le risque cancérigène. Le ratio d'exposition critique serait de 0, 1 à 5, 36 pour le risque reprotoxique, selon les scénarios d'exposition.

La surchloration ne s'est pas traduite par un taux plus important de sous-produits sur les sites étudiés.

L'excès de risque dépasse le seuil d'acceptabilité de l'OMS (un cas supplémentaire de cancer par an pour 100.000 personnes), mais l'impact sanitaire du trichlorométhane dans la population étudiée (+ 0, 25 à + 1, 7 cas/an pour le cancer colorectal ou le cancer de la vessie) est trop faible pour être observable par l'épidémiologie existante. L'InVS considère que, faute de connaissances toxicologiques suffisantes, on ne peut évaluer une éventuelle surincidence des cancers liés à la totalité des SPC, et qu'il faudrait surtout mesurer les taux de trihalométhane dans les réseaux d'eau potable, et le transfert de ces molécules chlorées à l'air ou via la peau et les muqueuses. Il faudrait aussi mieux connaître les habitudes des français en termes d'usage de l'eau du robinet (douche, bain, fréquence, durée, etc. ) mais aussi des données sur les dimensions des salles de bain, ce qui permettrait de mieux évaluer l'exposition des populations aux polluants hydriques.
En novembre 2003, le plan français vigipirate, a préconisé[2] de maintenir ou augmenter la chloration pour un taux d'au moins 0, 3 milligramme de chlore libre par litre (mg/l) «en sortie des réservoirs» et rester au moins à 0, 1 mg/l «en tout point du réseau de distribution». Seul le trihalométhane (THM), dont une étude espagnole a montré qu'il était associé à une augmentation du risque de cancer de la vessie, est en France surveillé en continu.

L'InVS recommande de limiter au maximum la formation des sous-produits de chloration, surtout en filtrant la matière organique avant l'étape de désinfection, et en optimisant les méthodes de désinfection.

Publication

La verdunisation des eaux, de Philippe Bunau-Varilla (Paris, Baillière, 1928, 388 pages), l'«Autojavelliseur automatique Bunau-Varilla», qui utilise de faibles doses de chlore servant à ne pas donner trop de goût à l'eau.

Voir aussi

Notes et références

  1. Rapport «Estimation de l'exposition, caractérisation du risque et faisabilité d'une surveillance épidémiologique des pathologies liées à la sur-chloration dans la population générale, InVS, Juin 2007».
  2. Circulaire DGS/SD7A n°2003-524/DE/19-03 du 7 novembre 2003

Recherche sur Google Images :



"La chloration de l'eau"

L'image ci-contre est extraite du site enviro2b.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (600 × 863 - 64 ko - jpg)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : chloration - eau - risques - exposition - produits - action - sanitaires - invs - cancer - population - obtient - hocl - impacts - toxicologiques - potable - faible - bain - taux - chlore - désinfecter -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Chloration.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 30/11/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu